Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Des Livres et des Auteurs

Au fil de mes lectures,venez partager ma passion des livres et mes rencontres avec certains de leurs auteurs.

Magda, Mazarine PINGEOT

Ma participation au challenge de lecture de Mademoiselle Farfalle se poursuit par l'illustration de la catégorie  " Un livre dont le titre n'est qu'un seul mot" pour laquelle j'ai choisi Magda de Mazarine Pingeot.

Je remercie les Editions Julliard et Netgalley de m'avoir permis de lire ce roman.

Magda, Mazarine PINGEOT
Magda, Mazarine PINGEOT

Résumé :

Comment réagit-on lorsqu'on apprend par la télévision que sa propre fille est accusée de tentative de meurtre en relation avec une entreprise terroriste ? Magda, belle femme de soixante ans habituée à vivre à l'abri des regards, voit soudain son intimité fouillée, disséquée par des enquêteurs suspicieux et des journalistes avides de sensationnalisme. Tandis que la justice fait traîner une procédure de plus en plus politique, elle s'interroge : sa fille a-t-elle réellement eu l'intention d'attenter à des vies humaines ? Et si oui, quel rôle a-t-elle joué, en tant que mère, dans cette dérive ?
Très librement inspiré de faits réels, Magda explore, par le biais de la fiction, les ressorts de la transmission familiale entre une mère rongée par le secret et sa fille, activiste passée du côté de la clandestinité. Un roman introspectif et crépusculaire, doublé d'un captivant portrait de femme.

Ce que j'en ai pensé :

Mazarine Pingeot est une auteure de talent que je suis depuis plusieurs années et dont j'apprécie réellement le style .

Mais pour être tout à fait honnête, je n'ai pas du tout aimé son dernier titre, Magda. Je me suis fermement ennuyée à la lecture de ce roman beaucoup trop long et trop intellectualisé selon moi, de sorte qu'il m'a tenu à l'écart de toute émotion.

Je n'ai éprouvé aucune empathie pour le personnage éponyme à la personnalité plus insupportable que trouble contrairement à ce que l'auteure voudrait suggérer.Les idéaux de cette mère qui n'en est pas vraiment une sont détestables et injustifiables et elle réagit pour tout avec une telle théâtralité que rien ne sonne juste dans ce roman.

Restée de marbre tout au long des 312 pages, j'ai refermé ce livre sans regret en réalisant qu'il ne m'avait rien apporté, ce qui est somme toute assez rare. Cela en dit long sur la déception que j'ai éprouvée alors que j'attendais beaucoup de cette lecture.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article